Environnement

Les zones industrialo-portuaires de Normandie engagées dans la décarbonation et la transition écologique

A l’occasion de la visite de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, à Grand-Couronne sur le site Saipol, HAROPA PORT et les associations Synerzip – LH, Incase – Industrie Caux Seine et Upside Boucles de Rouen, ont présenté le projet ZIBaC qui vise à favoriser le développement de zones industrialo-portuaires bas carbone.
- HAROPA PORT (siège social)
- Direction territoriale du Havre
- Direction territoriale de Rouen

Publié le

Après le discours du Président de la République sur la décarbonation de l’industrie du 8 novembre dernier, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, s’est rendu à Grand-Couronne sur le site Saipol, spécialisé dans la transformation des graines oléagineuses en biocarburant. 
Cette visite ministérielle aura été l’occasion de présenter le projet ZIBaC porté par HAROPA PORT et ses trois zones industrialo-portuaires, à travers les associations Synerzip – LH, Incase – Industrie Caux Seine et Upside Boucles de Rouen, en réponse à l’appel à projets Zones Industrielles Bas Carbone lancé par l’ADEME en mars dernier. 


Les industriels implantés sur le territoire de HAROPA PORT sont déjà mobilisés sur le sujet de la décarbonation et les techniques de captage du CO2. Mais à l’heure de crise énergétique, la volonté du premier port de France est de fédérer tous les acteurs autour d’initiatives communes à l’échelle de l’axe Seine

Cette réponse conjointe qui vise donc à :

  • partager les expériences de déploiement de solutions décarbonées,
  • favoriser le développement d’énergies renouvelables pour alimenter les industries,
  • susciter l’émergence de services communs entre les industriels, 
  • convertir les infrastructures, les réseaux et les utilités existants aux besoins de demain,
  • anticiper les besoins en matière de formation et de compétences à déployer pour accompagner la décarbonation. 

---

Les industries de l’axe Seine et HAROPA PORT travaillent depuis plusieurs années à la décarbonation des clusters industriels. En 2018, une première étude Carbon Capture, Utilisation & Storage (CCUS) a été menée dans le cadre d’un groupement réunissant une dizaine d’industriels, la région Normandie, l’ADEME, les deux associations industrielles du Havre et de Port-Jérôme et HAROPA PORT. Elle a permis de démontrer la pertinence de mettre en place une « démarche CCUS » du Havre à Rouen qui pourrait capter 91% du CO2 produit annuellement d'ici 2040.

Dans la continuité de cette étude, les cinq principaux émetteurs des 3 zones industrialo-portuaires de l’axe seine se sont rapprochés pour déployer une logistique commune de captage et de stockage du CO2. Cette collaboration s’est matérialisée en 2021 par la signature d’un Mémorandum Of Understanding (MOU) entre TotalEnergies, ExxonMobil, Borealis, Yara, et Air Liquide

Il a été suivi par un second accord opérationnel signé en 2022 pour lancer les études, financer les installations conjointes et conclure les contrats pour le transport et stockage notamment. 

Avec cette démarche, HAROPA PORT souhaite devenir le premier hub de liquéfaction du CO2 de France. 

 


Le saviez-vous ? Le CCUS consiste à capter le CO2 d’un process industriel avant qu’il ne soit rejeté dans l’atmosphère. Il est ensuite purifié, transporté vers une infrastructure de stockage, puis liquéfié avant d’être réutilisé.