#News | Rouen

HAROPA PORT | Rouen : 7 actus à la « hune » - Avril 2022

Publié le

 
 

HAROPA PORT valide son premier projet stratégique

visuel drapeau HAROPA PORT

 

Le conseil de surveillance de HAROPA PORT a validé son premier projet stratégique lors de sa séance du 25 mars. Ce projet repose sur quatre piliers : le développement industriel et commercial, la transition écologique, la transition numérique et la multimodalité.

Il est doté d’un programme d’investissement de 1,3 Md € jusqu’en 2025 afin d’atteindre l’ensemble des objectifs. Sa mise en œuvre, d’ores et déjà débutée, doit permettre de répondre aux enjeux qui constituent son ADN : faire de HAROPA PORT un système portuaire maritime et fluvial de référence. Des axes de travail orientés sur la décarbonation des activités de transport et de logistique mais aussi sur la réindustrialisation de l’axe Seine permettront de faire rayonner les territoires, en cohérence avec les attentes des citoyens.

 

 

 

 
 

Transport de « flat rack » de Rouen à Gennevilliers : test grandeur nature

 

 

 

La croisière reprend son rythme

Croisière sur Honfleur

 

La saison des croisières maritimes démarre en avril, avec la venue du HANSEATIC SPIRIT à Honfleur et du OCEAN NOVA à Rouen.
De longueurs respectives de 138 m et 72 m, ces deux navires d’expédition haut de gamme permettent à leurs passagers de découvrir des paysages naturels en Arctique et en Antarctique. En 2022, dix croisières inaugurales sont prévues à Honfleur et quatre à Rouen. Après deux années difficiles, HAROPA PORT | Rouen s’approche de son rythme d’avant crise sanitaire avec 53 escales programmées à Honfleur et 14 à Rouen. En 2019, les deux terminaux avaient accueilli 66 258 passagers avec 87 escales.

 

 

 

Expérimentation innovante à la darse Charles Babin

Darse Charles BadinDans le cadre des travaux préalables à l’installation du nouveau dock flottant au bassin Saint-Gervais, HAROPA PORT | Rouen a obtenu, le 10 mars, l’autorisation préfectorale pour réaliser un bio-traitement des sédiments de la darse Babin.
Pour installer le dock flottant, il est prévu d’approfondir la darse Babin et donc de draguer une partie des sédiments anciens dont la qualité ne permet pas leur dépôt en ballastière. Ainsi, depuis près d’un an, Neo-Eco et Biosynergies accompagnent le port dans la mise en œuvre d’une solution innovante pour améliorer la qualité de ces sédiments. Il s’agit de mettre en culture des bactéries et de les épandre sur le site de la darse : pendant plusieurs mois, les bactéries, inoffensives pour l’environnement, vont naturellement dégrader les composés organiques présents dans certains polluants dont la concentration diminuera. Tout au long du processus, des analyses sont réalisées pour vérifier la qualité des sédiments. Si les taux ont suffisamment diminué, ils pourront dès lors être valorisés en remblaiement de ballastière.

 

 

Révision complète de la Jean-Ango

Drague Jean Ango sur le dock

À l’approche de son dixième anniversaire, la drague aspiratrice en marche Jean-Ango est en cours d’arrêt technique conséquent, au-delà des opérations de maintenance préventives et correctives courantes.
Le chantier, qui permettra le renouvellement du certificat de classification du navire émis tous les 5 ans, se déroule en deux phases : à flot devant les ateliers à Croisset pour une révision d’ampleur des 45 000 heures des moteurs principaux et, depuis mi-mars, hors d’eau sur le dock flottant dans le bassin Saint-Gervais pour une période de coactivité complexe où l’accent est porté sous la ligne de flottaison du navire. Le succès d’un tel chantier repose sur une étroite coordination entre le centre de réparation navale, les ateliers et les marins. La fin des travaux permettra de libérer le dock flottant pour l’arrivée de la drague Daniel-Laval qui, à l’issue de 20 ans de services,  bénéficiera de travaux d’envergure.

 

 

 

GEMAPI : étude de danger des digues de la Seine

Vue de la Vallée de la Seine

 

Dans le cadre de la compétence « Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations », HAROPA PORT | Rouen, le département de la Seine-Maritime et le Syndicat mixte de gestion de la Seine Normande (SMGSN) ont lancé début mars des études de dangers sur les digues de la Seine-Aval.
Durant 13 mois, 24 systèmes d’endiguement seront étudiés entre l’amont de Rouen et le Marais Vernier, pour un montant prévisionnel de 2,5 M€ (32,6 % financés par HAROPA PORT).

 

 

 

Ouvrage en SeineL’aval salue ses vieux ouvrages

 

Dans les mesures de valorisation paysagère du programme d’amélioration de ses accès maritimes, le port de Rouen élimine d’anciens ouvrages le long de la Seine entre Rouen et Honfleur.
De fin mars à fin avril 2022, quatre chantiers sont lancés (Quillebeuf, Petiville/vieux-Port, Vatteville-la-Rue et Notre-Dame-de-Bliquetuit/Saint-Wandrille), marquant le retrait définitif de ces ouvrages vétustes dans l’estuaire aval. Ces travaux représentent un investissement de 400 000 €, qui comprend également la suppression récente d’un appontement métallique à Fatouville-Grestain.

 


Le refuge de la digue du Ratier fait peau neuve

Refuge de la digue du Ratier

 

HAROPA PORT et l’entreprise TRAVINOR ont entrepris de rénover le refuge de la digue du Ratier, située à Honfleur.
Cet ouvrage, mis en place dans les années 1980, permet de sauver les imprudents piégés par la marée montante qui s’aventurent sur la digue malgré l’interdiction. Ce chantier a permis d'en modifier l’accès en le tournant d’un quart de tour vers l’est pour faciliter l’accès nautique des secours. Une fois en sécurité en haut du refuge, un système radio géré et relié directement à la tour radar de Honfleur permet d’alerter et d’organiser les secours (SNSM ou dragon 76). On comptabilise environ sept interventions par an.

 

 

 

 

 

 

 

Vous souhaitez recevoir cette lettre, inscrivez-vous.